31 octobre 2007

Les élections des représentants de l’islam de France auront lieu les dimanches 6 et 13 avril

Le calendrier des élections des représentants de l’islam de France a été enfin fixé, à des dates qu’on peut, cette fois, considérer comme définitives. Les membres de la consultation se sont réunis en séminaire, samedi 22 et dimanche 23 février, et se sont mis d’accord pour organiser ce scrutin les dimanches 6 et 13 avril.

Le ministère de l’intérieur avait fait simple.

Contrairement au « conclave » des 19 et 20 décembre, qui avait eu lieu au château de Nainville-les-Roches (Essonne), la rencontre de ce week-end s’est tenue place Beauvau, dans les locaux du ministère de l’intérieur. Avec la méthode qui lui est propre, Nicolas Sarkozy s’est impliqué fortement dans le processus, négociant avec les représentants musulmans samedi, jusqu’à une heure tardive, ainsi que le lendemain. Enfin, dimanche après-midi, le ministre de l’intérieur est sorti triomphant en tenue de jogging : « Je suis satisfait pour les musulmans, ils ont gagné le droit de vivre leur religion de façon transparente, publique », a-t-il déclaré.

Le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, est venu rendre visite aux représentants musulmans dimanche en fin de matinée. Il s’est « félicité de la perspective d’une véritable représentation du culte musulman en France dans quelques semaines », selon un communiqué du ministère de l’intérieur.

La consultation sur l’islam de France avait été lancée par Jean-Pierre Chevènement en novembre 1999. Dans un accord-cadre signé le 3 juillet 2001, les 7 fédérations, les 5 grandes mosquées et les 6 personnalités qualifiées avaient prévu un système d’élection de conseils régionaux (CRCM) et d’un Conseil français du culte musulman (CFCM) à partir des lieux de culte (mosquées et salles de prière). Fixé une première fois le 26 mai 2002, puis le 23 juin, le scrutin avait été repoussé sine die à la demande de la Mosquée de Paris. Les dates fixées ce week-end devraient être définitives.

Les élections auront lieu en deux temps : les régions les plus avancées dans le processus voteront le 6, les autres le 13 avril. Le scrutin aura lieu quelques jours avant le grand rassemblement annuel de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui se tiendra du 18 au 21 avril au Bourget (Seine-Saint-Denis).

A l’échelon national, l’issue du scrutin est prévisible, puisque le bureau du CFCM a été tacitement désigné à Nainville-les-Roches. Il sera présidé par Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris, liée à l’Algérie.

AXE MOSQUÉE DE PARIS – UOIF

Le processus impulsé par Nicolas Sarkozy repose sur un axe fort constitué de la Mosquée de Paris et de l’UOIF. Cette dernière organisation, souvent critiquée en raison de sa proximité idéologique avec le mouvement des Frères musulmans, est en train d’obtenir une reconnaissance de la part des pouvoirs publics et des autres composantes de l’islam de France. Dans un entretien au Journal du dimanche du 23 février, M. Boubakeur affirme que l’UOIF n’est « ni subversive ni dangereuse » et qu’elle est composée de « bons musulmans ». Kamel Kabtane, recteur de la Mosquée de Lyon, partage ce point de vue : « Laisser l’UOIF sur le bord de la route aurait été une erreur historique ! », s’exclame-t-il.

Le 27 janvier sur France 2, Nicolas Sarkozy avait volé au secours de cette fédération : « L’UOIF a une pratique de l’islam orthodoxe, avait-il déclaré. Si l’UOIF était vecteur -de l’intégrisme-, alors il faudrait l’interdire. En l’état actuel de mes informations ce n’est pas le cas. »

Les autres décisions prises au cours de ce week-end sont techniques, telles que le règlement électoral et les statuts et la composition du conseil d’administration du CFCM : il est acquis qu’il comprendra cinq femmes. La fédération Foi et pratique (Tabligh), qui avait annoncé qu’elle quittait la consultation, est finalement revenue et a participé aux travaux. En revanche, le départ de Mme Bétoule Fekkar-Lambiotte, seule femme membre du futur bureau, est définitif. Le ministère de l’intérieur, en accord avec les représentants musulmans, devrait choisir une autre femme pour la remplacer, au cours des prochaines semaines. « Les fondations de la maison CFCM sont posées, se réjouit Chems-Eddine Hafiz, de la Mosquée de Paris. Il ne reste plus que la décoration. »

Xavier Ternisien, Le Monde

Cet article a été lu 2 316 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

30 octobre 2007

Le dessous des cartes : L’islam



Cet article a été lu 2 137 fois

posté dans Multimedia | 0 Commentaires

29 octobre 2007

Les enfants du Tchad, entre difficulté d’adoption et droit humanitaire

L’affaire des enfants du Tchad, « enlevés » ou « évacués », renvoie à la fois à la difficulté d’adopter des enfants en pays musulman, aux règles du droit international en matière d’assistance humanitaire, et à celles contre les « déplacements illicites » de mineurs.

Le Soudan et le Tchad sont des pays musulmans, et le Coran rejette l’adoption plénière (totale). Dans ces pays, les règles d’autorité sur les enfants qui ont perdu leurs parents naturels sont régies par la « kafala », un système comparable à la tutelle ou à la délégation d’autorité parentale.

Ce système n’est pas comparable au système de l’adoption, qui créé un vrai lien de filiation entre l’enfant et l’adoptant, ce qui est proscrit par la Charia.

Une adoption d’enfants de ce pays est donc impossible, mais l’ONG l’Arche de Zoé, mise en cause par les autorités tchadiennes, a expliqué cette opération d’ »évacuation sanitaire » des enfants par la nécessité de « les sauver d’une mort certaine » dans une région soudanaise du Darfour ravagé par la guerre.

Sur ce point, l’Arche de Zoé peut s’appuyer sur la Convention internationale des droits de l’enfant, signée sous l’égide des Nations Unies en 1989, et ratifié un an plus tard par le Tchad, le Soudan et la France, les trois pays concernés dans cette affaire.

L’article 38 de ce texte précise que « les Etats parties s’engagent à respecter et à faire respecter les règles du droit humanitaire international qui leur sont applicables en cas de conflit armé et dont la protection s’étend aux enfants ».

Il ajoute que « les Etats parties prennent toutes les mesures possibles dans la pratique pour que les enfants qui sont touchés par un conflit armé bénéficient d’une protection et de soins ».

L’article 22 ajoute qu’un enfant « considéré comme réfugié (…) bénéficie de la protection et de l’assistance humanitaire voulues pour lui permettre de jouir des droits » reconnues par la convention.

Pour les autorités tchadiennes toutefois, le déplacement des 103 enfants du Tchad opéré par cette ONG est un « enlèvement ». Et l’article 11 de la même convention précise que les Etats signataires doivent prendre « des mesures pour lutter contre les déplacements et les non-retours illicites d’enfants à l’étranger ».

Les juridictions qui se verront confier l’affaire devront donc décider si ce déplacement des enfants était « illicite » ou justifié à des fins de protection des mineurs.

Source : AFP

Cet article a été lu 2 398 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

27 octobre 2007

La gendarmerie continue de sensibiliser les jeunes sur les attentats suicide

La rencontre sur la délinquance juvénile organisée à Boumerdès par le commandement de la Gendarmerie nationale de cette wilaya a été une fois de plus une occasion pour sensibiliser la société sur le phénomène de la criminalité multiforme, la délinquance qui touche nos écoliers et l’endoctrinement des mineurs par des groupes terroristes.

Intervenant à cette occasion, Mlle Zohra Boukaoula, psychologue exerçant dans la cellule de la GN de lutte contre la délinquance juvénile, n’y est pas allée par quatre chemins pour expliquer aux jeunes venus assister à la rencontre que le phénomène de la délinquance prend une tournure dangereuse, puisque des mineurs, en majorité des lycéens, sont pris dans le tourbillon du terrorisme.

Ils sont transformés en kamikazes prêts à se suicider sans se rendre compte de leur action. Ce qui prouve que «la jeunesse algérienne se retrouve dans une situation d’abandon parental», selon la psychologue, qui avance que «seuls les parents sont responsables des actes de leurs enfants».

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a d’ailleurs basé son discours de la fin de la semaine dernière sur la prise en charge sérieuse et efficace de la jeunesse pour la prémunir contre ce genre d’endoctrinement. Il a clairement affirmé que c’est le marasme dans lequel les jeunes évoluent qui est à l’origine de leur transformation en kamikazes.

La rencontre de la GN a mis aussi en évidence la problématique du chômage et de la déperdition scolaire. La sensibilisation joue un rôle important dans la formation de la société, selon la psychologue, qui a rappelé que l’âge des auteurs d’attentats suicide «ne dépasse pas 17 ans».

Mlle Boukaoula estime que la délinquance juvénile en Algérie est aujourd’hui «profitable aux terroristes qui utilisent tous les moyens matériels et psychologiques pour faire tomber les jeunes dans leurs filets». Pour sa part, cheikh Nour, de la zaouïa des Issers, a affirmé que «l’islam ne pardonne pas ce genre d’actes et ne nous enseigne pas la destruction de notre société.

Il faut agir pour le bien et la construction de la famille ; la nation musulmane est basée sur les fondements d’une progéniture saine et éduquée aux valeurs de l’islam».

Source : Le Jeune Indépendant . Par A.Timizar

Cet article a été lu 2 173 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

26 octobre 2007

Recette : Cornes de gazelles

Corne de gazelles
Préparation : 50 mn
Cuisson : 20 mn
Repos : 0 mn
Temps total : 70 mn

Ingrédients pour 4 personnes :
125 g de farine
1/2 verre d’eau de fleur d’oranger
1 noix de beurre fondu
250 g d’amandes mondées
150 g de sucre en poudre
1/4 cuillère à café de cannelle
sel

  1. Mélanger les amandes avec le sucre et 1/4 verre d’eau de fleur d’oranger. Les hacher. Mélanger avec la cannelle,et une noix de beurre. Bien malaxer et re hacher au robot, plusieurs, jusqu’à obtenir une pâte compacte, la malaxer jusqu’a obtenir une pate très souple. Couvrir avec un linge humide.
  2. Dans un grand plat, mélanger la farine, le sel, le reste de beurre et d’eau de fleur d’oranger. Malaxer l’ensemble et la pétrir pendant 25 minutes environ.
  3. Prendre un morceau de pâte et en faire une boule, l’étendre sur un plan de travail fariné avec un rouleau en la retournant plusieurs fois. Etirer un peu avec les mains pour obtenir une feuille assez large mais très fine (de la finesse de cette pâte dépendra l’aspect final).
  4. Disposer des morceaux de la pâte, effilés aux extrémités, espacés de 4 cm.
    Rabattre une des parties de la feuille sur l’autre, en recouvrant ainsi les morceaux. Appuyer avec les doigts pour sceller les bords et couper des demi-cercles avec une roulette dentelée.

  5. A la main, courber chacune des cornes en pincant légèrement pour leur donner la forme d’une demi-lune. Les piquer légèrement à la fourchette, et disposer sur une plaque huilée au pinceau.
  6. Enfourner 20 minutes thermostat 5, les cornes de gazelles doivent être à peine dorées.

Pour finir… A consommer avec l’incontournable thé à la menthe servi dans les petits verres à thé, et c’est comme si vous y étiez !

Cet article a été lu 4 157 fois

posté dans Recette | 0 Commentaires

26 octobre 2007

Le salon du mariage oriental : 27 et 28 octobre 2007

Salon du mariage oriental

Le salon du mariage oriental sera ouvert les 27 et 28 Octobre au Parc des Expositions de Paris-Est Montreuil.
Il sagit là de la premiere édition de ce Salon en Ile de france.
Tous les professionnel du mariage seront reunis pour votre bonheur ;-)

A tous les futurs mariés : Tout nos voeux de bonheur et hop un tour au salon du mariage :-)

Plus d’infos et des entrées gratuite ici :
http://www.grandsalondumariageoriental.com/

Cet article a été lu 8 822 fois

posté dans Actualites | 1 Commentaire

26 octobre 2007

Les miracles du Coran :

Des explications et des preuves ( s’il en fallait ;-) ) des miracles qui se trouvent dans le Coran.
La vidéo est en anglais non sous-titré desolé mais reste interessante…



Cet article a été lu 2 334 fois

posté dans Multimedia | 0 Commentaires

25 octobre 2007

Mosquée academy au Royaume-Uni

La bande-annonce défile au son d’une musique orientale syncopée. A l’écran dômes et minarets se suivent et s’entremêlent, découvrant les silhouettes ciselées de huit mosquées. Depuis le 29 septembre, celles-là sont en compétition pour remporter le titre de «mosquée modèle 2007» au Royaume-Uni. Lancée par la chaîne britannique Islam Channel, cette nouvelle émission a l’odeur aguichante de la télé-réalité. Ici aussi, on élit d’heureux candidats qui, une fois propulsés à l’écran, doivent défendre leurs couleurs avant d’être éliminés ou sauvés par le public. Sauf que, …. Lire la suite

Cet article a été lu 2 150 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

25 octobre 2007

L’Islam en signes pour les sourds-muets d’Egypte

LE CAIRE, 25 oct 2007 (AFP) –

Chaque vendredi, ils convergent par centaines à Sayyeda Zeinab, où reposerait la petite-fille du Prophète, pour suivre le grand sermon hebdomadaire, traduit seulement ici en gestes des deux mains.

Car il n’y a qu’un interprète bénévole dans la « ville aux mille minarets » et …. Lire la suite

Cet article a été lu 2 851 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

25 octobre 2007

L’histoire du prophete pour les enfants

Bon désolé c’est en arabe sous titré anglais mais çà vaut le coups d’y jetter un oeil dejà.


Mohammed2
envoyé par maouri

Cet article a été lu 5 018 fois

posté dans Multimedia | 1 Commentaire

24 octobre 2007

Un Coran vieux de huit siècles adjugé plus de 2,24 millions $ CAN

LONDRES – Un manuscrit du Coran datant de 1203 et considéré comme le plus ancien exemplaire complet connu à ce jour a été vendu aux enchères pour un montant record de 1 140 500 livres sterling (1,64 millions €) lors d’une vente organisée à Londres par la maison Christie’s.

Ce manuscrit du XIIIe siècle, qui était estimé à 350 000 livres sterling (503 000 €), a donc atteint mardi soir plus de trois fois sa valeur attendue. Selon Christie’s, jamais un exemplaire du Coran ou tout autre manuscrit religieux musulman n’avait été adjugé pour une telle somme.

Lors de cette même vente, un autre exemplaire du livre saint de l’islam, plus ancien que le précédent (datant du Xe siècle) mais pas tout à fait complet, probablement originaire d’Afrique du Nord ou du Proche-Orient, a été vendu pour 916 500 livres sterling (1,318 million €).

Les deux exemplaires avaient été mis à la vente par la Hispanic Society of America et ont été acquis par des intermédiaires.

Le Coran du XIIIe siècle, qui est signé d’un certain Yahya bin Muhammad ibn ‘Umar, est daté du 17 Ramadan 599 (juin 1203). La calligraphie utilisée pour ce manuscrit est faite d’or surligné de fines lignes noires, tandis que les notes marginales sont écrites en argent, surlignées en rouge.

Source: La Presse Canadienne

Cet article a été lu 3 525 fois

posté dans Actualites | 2 Commentaires

22 octobre 2007

Darfour: les musulmans britanniques se mobilisent avec un concert

LONDRES (AFP) — Au son de la soul, du hip hop ou de la country, quelque 10.000 musulmans britanniques se sont rassemblés dimanche à Londres pour un concert conjuguant islam et musique, dont les fonds iront aux victimes du conflit au Darfour.

« Il s’agit de montrer que le public musulman, que le public britannique se préoccupe de ce conflit », a expliqué Sami Yusuf, qui est à 27 ans la star du concert.

Le jeune chanteur, qui chante des chansons imprégnées de religion sur des rythmes orientaux ou hip hop, dit vouloir imiter les concerts organisés par Bob Geldof, tels le Live 8, qui faisait campagne pour que les pays riches augmentent leur aide à l’Afrique.

Inconnu du grand public en Grande-Bretagne, il vend des millions de disques dans le monde islamique, du Bangladesh jusqu’aux quartiers musulmans de Birmingham.

Le public composé de jeunes gens et de jeunes filles, dont une majorité portait le hidjab, et de quelques familles, à Wembley Arena, dans le nord de Londres, a réservé un accueil enthousiaste au premier grand concert de ce type visant la communauté musulmane britannique.

La plupart disent venir avant tout pour écouter Sami Yusuf. « Il est un modèle pour nous, pour notre génération, il parle de la religion, de l’Aïd, personne d’autre ne fait cela », explique Jasmine Shaikh, une Britannique d’origine indienne, conquise.

« Le thème du Darfour est aussi très important, c’est quelque chose qui concerne tous les musulmans », dit son amie, Rukshana Hussein, une Britannique d’origine bangladeshie.

Tous les bénéfices du concert doivent être versés à l’organisation caritative Islamic Relief pour le Darfour.

Les autres artistes y participant mélangent aussi profession de foi et musique, comme Outlandish, un groupe de hip hop du Danemark qui rassemble musulmans et chrétiens, ainsi que Kareem Salama, un chanteur de country américain musulman, qui pose fièrement en stetson sur la pochette de son dernier album.

The Sound of Reason, un groupe canadien, ou Hamza Robertson, un jeune Anglais converti à l’islam, font aussi partie de l’affiche.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a apporté son soutien au concert en diffusant un message à cette occasion, qui a été autant hué qu’applaudi par le public.

Après un « Salam aleikoum » qui a déclenché des rires, il a souligné que l’affluence au concert « montrait à quel point les gens de toutes les communautés de Grande-Bretagne se soucient de la population du Darfour et de leur souffrances », a dit Gordon Brown.

« Une injustice où qu’elle soit est une attaque contre la justice partout », a-t-il souligné.

Le leader de l’opposition conservatrice David Cameron a également vu saisir cette occasion pour s’adresser à l’électorat musulman. Il a diffusé un message vidéo où on le voit en visite au Darfour.

« Aujourd’hui, on peut être musulman et on peut être britannique », a souligné Sami Yusuf, très applaudi.

Les Nations Unies estiment qu’au moins 200.000 personnes ont été tuées et plus de deux millions déplacées par la guerre et la famine depuis le début du conflit au Darfour il y a quatre ans et demi.

source : AFP

Cet article a été lu 2 065 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

22 octobre 2007

La Fondation de l’islam doit rationaliser l’installation des mosquées

Annoncée depuis plusieurs années, la Fondation des oeuvres de l’islam de France est officiellement installée, mardi 16 octobre. La ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, l’avait annoncé, mercredi 10 octobre, à la Grande Mosquée de Paris, à l’occasion de la rupture du jeûne du ramadan.

Cet organisme, reconnu d’utilité publique, doté pour l’heure de 1 million d’euros de dons, est censé améliorer le fonctionnement de l’islam de France. Les fonds, collectés en France et à l’étranger, devraient être utilisés pour la construction et la rénovation des lieux de culte ainsi que pour le financement de la formation des cadres religieux, imams et aumôniers.

A la demande d’une partie de la communauté musulmane, un haut fonctionnaire du ministère de l’intérieur, spécialiste de l’islam, remplira les fonctions de directeur général aux côtés du président, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, par ailleurs à la tête du Conseil français du culte musulman (CFCM) jusqu’aux prochaines élections prévues au printemps 2008.

CONSERVER LES ÉQUILIBRES

Afin de conserver les équilibres entre les composantes de l’islam français, les parties prenantes ont décidé, lundi 15, d’instaurer une présidence tournante et de confier, dans deux ans, la tête de la Fondation au vice-président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Fouad Alaoui.

La mise en place effective de la Fondation, dont le principe a été acquis en 2004, butait sur l’incapacité des musulmans à s’accorder sur le nom du président. L’enjeu est de taille : s’il fonctionne comme prévu, cet organisme pourrait devenir le bailleur de fonds du CFCM, dont le manque d’efficacité est souvent attribué, par ses membres, à « un manque de moyens », et orienter ses décisions et ses missions.

En « parrainant » la Fondation, le ministère de l’intérieur ne cache pas son ambition de parvenir à un maillage organisé du territoire concernant les constructions de mosquées. A l’heure actuelle, des projets sont lancés tous azimuts – le ministère de l’intérieur estime qu’un lieu de culte musulman ouvre chaque semaine -, mais ils sont souvent interrompus faute de financement. Si le terrain est généralement mis à disposition des organisations musulmanes par les municipalités, les travaux de construction sont à leur charge.

« Je souhaite que soit élaboré un schéma directeur des implantations en étroite concertation avec les élus et notamment les maires, légitimement attentifs à ces questions », a insisté Mme Alliot-Marie. Une cogestion assumée dans un courrier récent adressé par la ministre à M. Boubakeur : « L’Etat aidera la Fondation à élaborer un schéma directeur pour le développement des lieux de culte en fonction des données démographiques », y écrivait Mme Alliot-Marie.

Cette approche, qui ignore la diversité des courants susceptibles de vouloir créer leurs propres lieux de culte en dehors de considérations quantitatives, risque de créer de nouvelles tensions entre organisations musulmanes.

source : lemonde.fr

Cet article a été lu 1 993 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

22 octobre 2007

Les produits des banques islamiques suscitent l’intérêt au Maroc

Le lancement de produits bancaires différents conçus pour être halal dans l’Islam a suscité l’intérêt au Maroc. Nombre de Musulmans marocains qui refusent d’utiliser les produits bancaires habituels ont accueilli favorablement leur arrivée sur le marché, bien qu’aucune campagne publique n’ait été lancée et que les détails relatifs à ces produits doivent encore être annoncés.

En réponse à une forte demande du public, la banque centrale du Maroc a emboîté le pas des banques islamiques dans le monde le 1 octobre, en donnant son accord pour des produits islamiques qui offrent de renoncer aux prêts portant des intérêts et aux autres produits financiers interdits par l’Islam. Ces produits dits « alternatifs » incluent le Ijarah, Musharakah et Murabahah.

Ijarah est un type halal de contrat de bail entre une institution de prêt et un client. Il peut prendre la forme d’un simple contrat de bail ou être accompagné d’un contrat permettant au preneur de bail d’acquérir le bien à la fin d’une période donnée.

Musharakah est un contrat qui permet aux institutions de prêt d’aider les entreprises à se financer elles-mêmes par la vente de participations dans une entreprise future ou existante. Les deux parties s’engagent à hauteur de la valeur de leur investissement et chacune gagne ou perd une portion préalablement convenue des profits ou des pertes.

Murabahah permet aux gens d’acquérir des biens sans devoir souscrire un prêt porteur d’intérêt. La banque achète le bien puis le revend au client par traites selon un prix ouvertement publié, entraînant des coûts et un profit administratif.

Les nouveaux produits ont suscité peu d’enthousiasme dans les banques, qui les considèrent comme des concurrents aux produits qu’elles proposent généralement. « Il faut s’attendre à ce que le coût de ces prêts alternatifs soit supérieur à celui des prêts ordinaires », a déclaré l’économiste Mohamed Berdai à Magharebia. « Le lobby bancaire veut être sûr que ces produits ne seront pas compétitifs, afin que les clients ne renoncent pas aux prêts habituels. L’un des moyens d’y parvenir est de fixer des délais de remboursement courts, qui les mettent hors de portée de nombre de gens. »

Toutefois, de nombreux Marocains sont curieux d’en apprendre plus sur ces nouveaux produits. Ceux qui rechignaient à l’idée de souscrire un prêt pour des raisons religieuses considèrent ces nouveaux produits comme une bonne solution. « Je ne sais encore rien de précis sur les produits qui seront proposés, mais au moins, ils seront halal et signifieront que je pourrai finalement acheter une maison », affirme Abderrafia Tamachi, un acheteur potentiel.

Le professeur Rabiaa Maliki se déclare également satisfaite. « Mon mari a toujours refusé de souscrire un prêt pour acheter une maison. Nous sommes impatients que ces nouveaux produits soient disponibles. »

Parlant des autres pays musulmans, où les produits bancaires islamiques ont conquis une grosse part du marché, la banque centrale prédit que ces nouveaux « produits alternatifs » connaîtront un grand succès. Les spécialistes de la banque s’attendent à ce que le niveau réel de la demande émerge vers la fin de l’année.

source : Magharebia.com

Cet article a été lu 2 079 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

22 octobre 2007

L’Etat français veut encadrer la construction des mosquées

La ministre de l’Intérieur avait ainsi précisé que « L’Etat aidera la Fondation à élaborer un schéma directeur pour le développement des lieux de culte en fonction des données démographiques », argumentant que « l’Islam de France mérite un engagement fort de l’Etat ».

Les mosquées devraient se multiplier ces prochaines années en France, particulièrement dans le grand quart sud-est du pays. L’été y a été émaillé, de juin à septembre, de plusieurs informations sur ce sujet avec des levées de boucliers parfois très fortes, comme à Marseille et Annecy. C’est dans cette dernière ville de Haute-Savoie que s’est développé le plus âpre contentieux. Après celle de Paris, la première mosquée d’Annecy fut la deuxième officiellement installée en France. On était en 1978. Depuis, la communauté musulmane a pris de l’importance. Le projet d’une grande mosquée a fleuri ces dernières années pour un budget de 3,6 millions d’euros et 18 mois de travaux, grâce à un accord entre la ville et le diocèse, pour le terrain. Elle doit être construite sur l’emplacement de l’ancienne, qui avait subi une tentative d’incendie en mars 2004, et qui ne peut accueillir que 140 personnes.

Opposition affirmée

Le projet a reçu le soutien des représentants des pays de la conférence des pays islamiques, venus spécialement rendre visite au maire, en présence du préfet. Mais rien n’est facile, et il faut compter avec l’opposition affirmée. Les riverains accusent notamment la municipalité d’avoir vendu les terrains à un prix inférieur à ceux du marché. Ils dénoncent une subvention dissimulée. A la fin août, le juge des référés du tribunal administratif de Grenoble a suspendu l’exécution du permis de construire de la nouvelle mosquée pour une autre raison : aucune place de stationnement supplémentaire n’est prévue, alors que la mosquée pourra accueillir un millier de personnes. Le tribunal devra statuer sur le fond dans les prochains mois. A Marseille, le 15 septembre, c’est le parti MNR, de l’ex-FN Bruno Mégret, qui a déposé un nouveau recours devant le tribunal administratif pour faire annuler la délibération du conseil municipal de juillet dernier qui donnait le coup d’envoi au projet de la grande mosquée. En avril, sur requête de l’extrême-droite, le tribunal avait annulé une précédente délibération, estimant que les élus n’avaient pas suffisamment été informés sur le plan de financement de l’édifice. Une nouvelle délibération avait donc été votée le 16 juillet, laquelle faisait passer la redevance concernant le terrain loué pour 50 ans par l’association musulmane, de 300 euros annuels à 24000 euros. Le bâtiment aurait une emprise au sol de 2550 m2, et, au moins, un minaret de 25 m. « Dans cette ville, et tant que je serai le maire, tout le monde a droit à un lieu de culte significatif », a déclaré Jean-Claude Gaudin. Facile à dire, beaucoup moins à concrétiser.

D’autres projets en cours

Dans la banlieue de Grenoble, capitale du Dauphiné, pas moins de trois projets sont en cours, dont celui de Saint-Martin d’Hères. L’association cultuelle locale devait profiter du Ramadhan 2007 pour lancer un appel de fonds pour le projet d’achat d’un terrain pour la somme de 850 000 euros, et pour les travaux (130 000). Le local aura une surface de 800 m2. A Echirolles, dans un bâtiment industriel situé dans la zone du Rondeau 3000 m2, un local de 1300 euros est en voie d’être réalisé pour accueillir jusqu’à 1200 personnes. L’achat s’élève à 700 000 euros, tout comme le coût des travaux d’aménagement. Ce nouveau lieu de culte n’est pas encore officiellement en fonction, mais à l’occasion du Ramadhan, l’Association des musulmans d’Echirolles (Ame) a eu l’autorisation de l’ouvrir provisoirement. A Villefontaine enfin, en attendant la fin de la construction de leur mosquée (il manque 300 000 euros), les musulmans disposeront cette année d’une grande salle au centre œcuménique pour y effectuer la prière du soir du Ramadhan, à l’invitation des églises catholiques et évangéliques. Jusqu’à présent, ils se réunissaient dans un gymnase municipal. A Annonay (Ardèche), la question du lieu de culte a rebondi cet été lorsque l’appel de la Ville, refusant la construction d’une mosquée, avait été rejeté par la cour administrative d’appel de Lyon, après que le tribunal administratif dans un premier temps avait donné raison à la mairie. Ce qui signifiait que les porteurs (turcs) du projet de centre cultuel et socio-culturel musulman pourraient, à nouveau, déposer une demande de permis de construire. Pour 1745 m2de surface. A Valence, chef-lieu de la Drôme, le conseil municipal a donné un avis de principe pour l’agrandissement de la mosquée dans le quartier de Fontbarlettes. A Montélimar, deuxième ville du département, un projet d’un important lieu était annoncé à la mi-septembre dans une localité où, uniquement, des petites salles servent de lieu de prière. A Avignon enfin, chef-lieu du Vaucluse, le conseil municipal a voté la mise à disposition par la ville, d’anciens locaux de l’ANPE acquis pour 335 000 euros à l’Association cultuelle des Français musulmans de Vaucluse, qui y aménagera une mosquée nouvelle.

source : el watan

Cet article a été lu 658 fois

posté dans Actualites | 0 Commentaires

Suivant »
  • Pub

  • Traduction

  • Pub

  • Suivez nous sur